logo
muster_oben
  RSS_Feed   Facebook

 

linierot

Death metal au Botswana

[ma] De la musique électro provenant du Bangladesh, du death metal produit au Botswana ou en Indonésie, du dancehall aux couleurs du Ghana. La plupart d’entre nous n’avons jamais entendu de tels enregistrements, ou serions surpris, à l’écoute, d’apprendre qu’ils sont le fait de musiciens d’Asie ou d’Afrique. Généralement, les grands festivals de soi-disant musiques du monde tendent à programmer des styles qui correspondent davantage à notre représentation des sons du «Sud».

Grâce au magazine en ligne de norient.com, réseau dédié aux sonorités d’ici et d’ailleurs, il est désormais possible de découvrir des musiques issues de régions du monde qui nous sont moins connues, certaines étranges à nos oreilles, d’autres au contraire très familières.

Trois personnes, dont l’ethnomusicologue Thomas Burkhalter, ancien expert du Fonds culturel Sud, forment le noyau dur de l’association établie à Berne. L’équipe a réuni un réseau mondial de journalistes, de spécialistes de la musique et de scientifiques, et publie chaque mois entre cinq et dix, parfois jusqu’à quinze articles relatifs à différents foyers ...plus

linierot

Le groupe Overthrust (Botswana)


 
   
 
Nouveauté

Gabriela Bergallo

Cielo arriba (2016)

[ma] La chanteuse argentine Gabriela Bergallo est surtout connue pour ses interprétations viscérales d’airs de tango complexes; en Suisse, elle se produit principalement sur la scène de son propre théâtre à Embrach. C’est ainsi que sa performance de 2009 dans l’opérette de Piazzolla «Maria de Buenos Aires» à la mise en scène impeccable est encore gravée dans les mémoires. Au cours des dernières années, elle s’est lancée dans une collaboration intense avec l’excellent pianiste, arrangeur et chef d’orchestre Juan Esteban Cuacci qui a quitté Buenos Aires pour le sud de l’Espagne voici quelques années déjà. Sous la houlette de Cuacci et entourée de son groupe «La Maquina», la chanteuse a enregistré un album cette fois-ci vierge de tangos consacré exclusivement au folklore argentin. «Cielo arriba» s’émaille de rythmes tels que la zamba, la chacarera, la cueca ainsi que des perles du littoral argentin. Mais les arrangements comme la voix trahissent une fois de plus cette tension dramatique qui caractérise si bien la musique de Gabriela Bergallo. Une exécution d’airs fort réussie qui, à l’image du tango, font partie intégrante de ce grand répertoire argentin auquel se sont frottés tant d’artistes, rendant l’exercice d’autant plus épineux au fil des nouvelles interprétations.

 

       [CD Index]

[Toutes les critiques]

 

 
Info

Fonds culturel Sud

Déjà 48 demandes envoyées par formulaire électronique


Notre système de formulaires de demandes en ligne a été lancé le 1er juillet cette année. 110 utilisateurs se sont déjà inscrits sur le portail du Fonds culturel Sud et disposent désormais d’un compte qui leur permet de créer, modifier et nous soumettre leurs demandes. Lorsque celles-ci ont été acceptées, le système permet également d’en effectuer le décompte et nous le faire parvenir. Quelque 110 demandes ont déjà été ébauchées et en partie supprimées par les utilisateurs. 48 demandes nous ont effectivement été soumises; parmi celles-ci, 28 ont été acceptées (CHF 109'500 on été attribués) et 10 refusées. De manière générale, les utilisateurs nous ont fait part d’un feedback positif, même si le processus d’entrée de données est plutôt long, surtout pour les artistes présentant un profil correspondant au Fonds. Dans de tels cas, des informations précises doivent être indiquées afin que nous puissions vérifier si les artistes peuvent bénéficier du soutien financier du Fonds alimenté par la coopération au développement. Il est important de garder en tête que le Fonds culturel Sud a des objectifs bien précis et qu’il ne peut de ce fait être comparé avec beaucoup d’autres fonds de soutien. Dans l’ensemble, le processus de demandes a été grandement simplifié et la communication avec les auteurs de demandes est désormais beaucoup plus direct et rapide.

   
 
   © artlink | Büro für Kulturkooperation      Design: Eva Rolli Visuelle Gestaltung