logo
muster_oben
  RSS_Feed   Facebook

 

linierot

Heavy Black Folk

[ma] Rares furent les éditions du Womex - le plus important salon professionnel des musiques du monde - à se montrer aussi inspirantes que cette année à Katowice, en Pologne. Ce fait n’est pas seulement imputable aux quelque 300 stands d’agences et de nations, ou encore aux 2’000 délégués issus des 90 pays participant à la manifestation, mais surtout au programme musical à proprement parler. Ou plus exactement à ces groupes de musique qui cultivent une approche inédite des traditions musicales telles qu’on a pu les vivre au cours des dernières décennies. À Thessalonique en 2012, un jeune membre du jury Womex (surnommé les «7 samouraïs») remarqua à quel point il était étonnant d’entendre autant de musique de «vieux» dans le cadre de cette manifestation de promotion. En 2017, une série de formations nouvelles imposa un feeling résolument différent. Prenons par exemple le groupe franco-tunisien Ifriquiyya Electrique ou encore Pixvae avec ses musiciens français et colombiens: leurs rythmes et chants traditionnels (issus, pour les premiers, des descendants sud-tunisiens d’esclaves d’Afrique noire, et de la côte atlantique aux accents afro-colombiens pour les seconds) s’entrechoquent avec des accords ...plus

linierot

Pixvae (Colombia/F)


 
   
 
Nouveauté

Amine & Hamza

Fertile Paradoxes
ARC Music (2017)

[rh] «Fertile Paradoxes» est le titre du nouvel album d’Amine & Hamza M’Raihi, deux frères tunisiens établis en Suisse. Leur notoriété désormais internationale découle de leur maîtrise virtuose de l’oud et du qanun, les deux instruments de la musique arabe classique par excellence. Leur dernière œuvre permet aux frères d’explorer le caractère versatile de ces instruments traditionnels à travers le jazz, la musique classique occidentale, le flamenco et la musique indienne. Le résultat? Huit compositions denses et atmosphériques, tantôt hypnotiques ou rêveuses, tantôt houleuses voire déchaînées. Le titre de l’album décrit de manière détournée aussi bien le choix des ingrédients que le mode de cuisson: c’est ainsi que le qanun s’y marie au saxophone, le violoncelle aux tablas, l’accordéon à l’oud. Les instruments et les styles musicaux les plus hétéroclites s’y entremêlent pour donner lieu à des  sons aussi incongrus que saisissants. Les pays d’origine des musiciens et même les lieux d’enregistrement s’étendent de l’Inde aux États-Unis en passant par la Pologne, la Suisse, la France et la Tunisie. «Fertile Paradoxes» nous démontre une fois de plus avec brio que la bonne musique n’a guère besoin de catégories et que ses possibilités sont tout bonnement illimitées.

 

       [CD Index]

[Toutes les critiques]

 

 
Info

Fonds culturel Sud

Dernières subventions pour 2017


A la date butoir du 31 août, le Fonds culturel Sud s'est vu soumettre des demandes de soutien d'un montant total d'environ CHF 230'000. Or, pour ce troisième round d'experts, le budget 2017 ne comptabilisait plus que CHF 80'000. Les 24 demandes furent ainsi soumises à une évaluation des plus rigoureuses; sept d'entre elles furent refusées. Pour au moin trois de ces demandes la raison du refus était le pays d'origine des artistes que ne figurait pas sur la liste prioritaire, à savoir d'un pays où la DDC est elle-même active. Beaucoup d'autres demande ont obtenu des contibutions largement inférieures aux monants brigués. Le Fonds peut uniquement prendre en compte les coûts qui résultent de l'engagement d'une artiste viviant en dehors de l'Europe, tels que vols internationaux, frais d'hébergement et de ravitaillement pour plusiseurs jours, etc. En revanche, dans le domaine de la musique populaire par exemple, les cachets des artistes doivent être couverts en premier lieu par les ventes des billets. Il en va de même pour les tournées: les dédommagements des musicicens-nes doivent être couverts par les cachets payés par les organisateurs, et non par des subventions.

 

Depuis le début de l'année, un total de 125 projets ont été soutenus; par conséquent, les moyens financiers du Fonds pour l'année en cours sont épuisés. Prochaine date butoir pour les demande (pour les projets dès janvier 2018): le 30 novembre 2017. 

   
 
   © artlink | Büro für Kulturkooperation      Design: Eva Rolli Visuelle Gestaltung