logo
muster_oben
  RSS_Feed   Facebook

 

linierot

En résidence

[ma] Pour les acteurs artistiques, un séjour dans un atelier de résidence à l’étranger est une expérience importante, voire déterminante. Dans ce contexte, les atouts clé sont surtout la liberté d’action et le temps, idéalement financés par une bourse ou toute autre contribution de soutien, permettant ainsi une concentration absolue sur le travail d'un artiste. Celui-ci n’implique pas seulement l’activité requise par un projet, mais aussi la découverte d’un endroit nouveau avec ses coutumes, ses langues et son climat – sans oublier bien sûr le réseautage, aujourd’hui condition sine qua non de toute carrière artistique qui se respecte. Les artistes suisses participent volontiers aux nombreuses résidences à l’étranger financées par la Confédération, les cantons et les villes; pour un grand nombre d’entre eux, il s’agit aussi d’une stratégie permettant de gagner leur vie. Ceci vaut également pour les artistes en provenance du Sud et de l’Est, qui ne peuvent généralement pas compter sur un soutien financier d’institutions basées dans leur pays. Heureusement, la Suisse propose un large éventail d’initiatives publiques et privées permettant de rendre de tels séjours de résidence possibles… ainsi qu’une excellente plateforme d’information sur les ateliers de résidence et les artistes y séjournant actuellement: www.artistsinresidence.ch. À l’heure actuelle, cette page répertorie une centaine d’artistes résidant en Suisse, ou qui s’y redent prochainement. Un quart d’entre eux proviennent d’Afrique, d’Asie, d’Amérique latine ou ...plus

linierot

Mariusca Moukengue Moueme (slameuse, Congo)
à partir du 20 juillet au Gästeatelier Krone Aarau


 
   
 
Spot

Ensemble Kaboul (Reloaded)


[ma] En juin, nous rapportions que l’Ensemble Kaboul, formation afghane basée à Genève, a été l’un des rares groupes de Suisse à figurer au programme de la foire musicale Womex – et ce, en 2002. Au cours des dernières années, l’ensemble s’était quasiment éteint en raison de l’âge avancé du chanteur Hossein Arman. Fort de nouveaux membres, l’Ensemble Kaboul revient désormais en force avec un clip vidéo offrant un aperçu de leur répertoire actuel ainsi que des nouveaux musiciens. La partie vocale est assurée par Mashal Arman, fille de l’ancien chanteur. Formée à Genève et à Lausanne, la mezzo-soprano est également la sœur de Khaled Arman, virtuose du rabâb qui dirige l’Ensemble Kaboul depuis le début des années 1990. Son partenaire de longue date Siar Hachemi accompagne le groupe sur les tablas ainsi qu’un grand nombre d’instruments de percussion différents. L’Arménienne Meri Vardanyan joue du kanoun tandis que le multi-instrumentaliste Fashad Soltani se charge du kamânche, le violon iranien. Ensemble, ces musiciens cultivent et explorent avec virtuosité la musique persane d’Afghanistan, aujourd’hui menacée d’oubli.

 

Clip vidéo

 
Info

Fatma Charfi M’Seddi

1955 - 2018

[ma] En 1994, artlink – alors appelé «Culture et Développement» – organisa la première exposition solo de l’artiste plasticienne suisse-tunisienne Fatma Charfi M’Seddi en suisse allemande, au Kulturpanorama de Lucerne. Une année plus tard survint une exposition au Frauen-Kunstforum à Berne – où elle avait désormais élu résidence – suivie d’innombrables manifestations en Suisse et à l’étranger. En 2000, elle remporta le Grand Prix Léopold Sédar Senghor à la Biennale de Dakar, distinction qui lui valut des expositions aux États-Unis, à Dubaï ainsi que de nombreux passages en Tunisie. Au centre de ses travaux, l’Abrouk*, petit homoncule de papier de soie chiffonné, généralement noir, parfois rouge lorsqu’il s’agissait de représenter le «Petit Suisse». Des centaines de ces figurines peuplèrent paysages et objets en tous genres, tantôt enfermés dans des réceptacles de plastique, tantôt errant dans des vidéos.

Les violents conflits du Proche-Orient et l’existence dans une Suisse marquée par la migration furent les fils rouges qui parcourent textes et travaux de Fatma. C’est au cours de ces dernières années qu’elle s’adonna principalement à l’écriture, trop affaiblie par sa maladie pour entreprendre des grands projets. Fatma est décédée à Vevey début mai et repose désormais à Sfax, en Tunisie.

 

* En tunisien, individu futé, roublard

   
 
   © artlink | Büro für Kulturkooperation      Design: Eva Rolli Visuelle Gestaltung