logo
muster_oben
  RSS_Feed   Facebook

 

linierot

À travers toute la Suisse

[ma] Notre calendrier des manifestations propose plusieurs affichages différents: selon dates, disciplines artistiques, artistes, localités et sites… et dispose en outre d’un index alphabétique. Ce dernier est certes très long (exactement 1’139 lignes au 19. 6.), mais il suffit de le faire défiler pour voir rapidement quel/le artiste se produira en Suisse au fil des semaines et des mois à venir. Voici quelques informations sur les artistes prochainement en vadrouille entre Kreuzlingen et Genève, Bâle et Locarno: le virtuose du sarod Smit Tiwari donnera 11 concerts dans toute la Suisse sur l’invitation d’Udai Mazumdar, joueur de tabla résidant à Bâle. Depuis de nombreuses années, Udai organise deux tournées annuelles avec des musiciens indiens d’exception (du 31.5. au 23.6.). Le trio Siselabonga réunit quant à lui deux musiciens suisses avec le joueur de cora dakarois Tarang Cissokho. Leur deuxième tournée après 2017 démarre au Afropfingsten de Winterthur et se terminera à Zoug le 23.6 après une série de 8 concerts. Kala Jula est également un projet qui relie Monthey en Valais à Bamako au Mali: Vicent Zanetti et Samba Diabaté sont tous deux guitaristes adeptes d’un son tout en finesse qui ne séduit pas que les amateurs du genre (bis 10.6.). Originaires d’Égypte et de Syrie respectivement, les joueurs d’oud Wael Sami et Bahur Ghazi ont émigré en ...plus

linierot

Siselabonga (Photo: Ernst A. Kehrli)


 
   
 
Nouveauté

Jacob Salem & Somkieta

Nanluli (2018)

[rh] La biographie de Jacob Salem a des airs de conte de fées: alors serviteur à la cour du Moro Naba, le roi de l’ethnie Mossi au Burkina Faso, il découvre par hasard la guitare et rêve de devenir rockeur. Avec la bénédiction du souverain royal, il quitte la cour pour se rendre à Ouagadougou et y tenter sa chance en tant que musicien. En 2013, il rencontre le guitariste anglo-suisse André «Somkieta» Courbat qui parcourt le Burkina Faso sur sa moto en quête de musiciens locaux. C’est le début d’une collaboration fertile: André arrange et produit les morceau de Jacob – guitares, voix et percussions sont enregistrées au Burkina Faso, batterie et basse en Suisse. Intitulé «Nanluli», le premier album du groupe fut mastérisé au légendaire studio d’Abbey Road à Londres.

Les rythmes traditionnels de la région de Jacob, l’attitude rock du chanteur, les influences d’André et l’instrumentalisation occidentale donnent lieu à un style que l’on qualifie volontiers de «rock Mossi». Une percussion savamment orchestrée se fond à une batterie résolument rock en évitant habilement les écueils du ringard. Si certaines constellations sonores – par exemple dans les morceaux balladesques «Kiiba» et «Barka» - évoquent des passages du légendaire album «Talking Timbuktu» de Ry Cooder et Ali Farka Touré, la voix caractéristique de Jacob auréole sa musique d’un caractère bien trempé. Somme toute, un album blues-rock réussi où la présence du Burkina Faso se fait clairement ressentir. Sincère, percutant et divertissant.

 

       [CD Index]

[Toutes les critiques]

 

 
Info

Fonds culturel Sud

Dernières subventions pour 2017


A la date butoir du 31 août, le Fonds culturel Sud s'est vu soumettre des demandes de soutien d'un montant total d'environ CHF 230'000. Or, pour ce troisième round d'experts, le budget 2017 ne comptabilisait plus que CHF 80'000. Les 24 demandes furent ainsi soumises à une évaluation des plus rigoureuses; sept d'entre elles furent refusées. Pour au moin trois de ces demandes la raison du refus était le pays d'origine des artistes que ne figurait pas sur la liste prioritaire, à savoir d'un pays où la DDC est elle-même active. Beaucoup d'autres demande ont obtenu des contibutions largement inférieures aux monants brigués. Le Fonds peut uniquement prendre en compte les coûts qui résultent de l'engagement d'une artiste viviant en dehors de l'Europe, tels que vols internationaux, frais d'hébergement et de ravitaillement pour plusiseurs jours, etc. En revanche, dans le domaine de la musique populaire par exemple, les cachets des artistes doivent être couverts en premier lieu par les ventes des billets. Il en va de même pour les tournées: les dédommagements des musicicens-nes doivent être couverts par les cachets payés par les organisateurs, et non par des subventions.

 

Depuis le début de l'année, un total de 125 projets ont été soutenus; par conséquent, les moyens financiers du Fonds pour l'année en cours sont épuisés. Prochaine date butoir pour les demande (pour les projets dès janvier 2018): le 30 novembre 2017. 

   
 
   © artlink | Büro für Kulturkooperation      Design: Eva Rolli Visuelle Gestaltung